FAQ

L’effet photovoltaïque, de transformation de la lumière du soleil en électricité, a été découvert en 1839 par Antoine Becquerel, un physicien français. Un matériau (semi-conducteur) absorbe la lumière du soleil et transfère les photons qui en sont issus aux charges électriques (électrons) qui sont collectées afin de leur permettre de circuler et de créer un courant électrique. À l’heure actuelle, on peut produire sa propre électricité domestique grâce aux panneaux photovoltaïques. Cette énergie dite « verte » n’émet pas de gaz à effet de serre responsable du réchauffement climatique. Elle est également inépuisable, sa seule source étant le soleil.

Actuellement, il existe plusieurs technologies pour produire les cellules photovoltaïques qui composent les panneaux.

Technologie de première génération : l’utilisation de silicium cristallin

Les cellules en silicium cristallin sont composées de grandes plaques (les wafers) coupées à partir de soit un seul cristal de silicium (monocristallin), soit d’un bloc de cristaux de silicium (polycristallin) ou encore issus d’un long ruban de silicium, appelé « ribbon », préalablement assemblé.

Technologie de deuxième génération : technologie des couches minces (thin film)

Les modules en couches minces sont constitués de très fines couches d’un matériau photosensible, déposées sur un support peu coûteux tel que le verre, l’acier inoxydable ou le plastique. La production de ce type de cellules est donc moins onéreuse que la première génération car elle consomme moins de matériaux semi-conducteurs et ne nécessite pas de transformation du silicium en “wafers”.

C’est la technologie de première génération qui est actuellement utilisée dans la fabrication des panneaux photovoltaïques.

Élément chimique naturel le plus abondant après l’oxygène. On le retrouve dans le sable ou le verre. Il n’est pas difficile mais cependant toujours coûteux d’obtenir des cristaux de silicium très purs, nécessaires à la fabrication des cellules photovoltaïques.

Apprenez-en davantage sur les composantes d’une installation photovoltaïque sur notre page dédiée au fonctionnement des panneaux photovoltaïques.

Les panneaux photovoltaïques sont composés de cellules photovoltaïques transformant l’énergie du soleil en électricité. Elles sont composées d’un matériau semi-conducteur appelé silicium.

Lors de leur exposition aux rayons du soleil, les électrons s’agitent pour passer d’un atome à l’autre. Pour qu’un courant électrique soit créé, il faut que ces électrons circulent dans un seul et unique sens. On crée une tension électrique entre une borne négative possédant un surplus d’électrons et une borne positive possédant un déficit d’électrons. Il se produit une circulation de la borne négative vers la borne positive. C’est le même phénomène que celui qui se produit dans une pile.

Attention ce n’est pas la chaleur mais la lumière qui active les électrons. Les cellules ne sont donc jamais actives la nuit.

Les modules photovoltaïques (ou panneaux solaires photovoltaïques) sont des générateurs électriques composés de cellules photovoltaïques, utilisés dans les installations photovoltaïques. Ils captent les rayons du soleil pour produire un courant continu qui sera envoyé vers un onduleur qui transforme ce courant en alternatif.

  • Composition: la cellule photovoltaïque
  • Types: les panneaux photovoltaïques monocristallins et polycristallins
  • Types de poses de panneaux: surimposition, intégration, tracker (suiveur) solaire, installation au sol, installation sur toit plat.

Quelles différences existent-ils entre les panneaux de type monocristallins et les panneaux de type polycristallins?

Les panneaux photovoltaïques monocristallins ont comme avantage principal d’avoir un meilleur rendement (+/- 200 Wc/m²). Ils sont idéal si la surface de votre toiture est limitée. Cependant, malgré une large gamme de choix de fabricants, leurs prix restent plus élevés que les panneaux polycristallins.

Les panneaux photovoltaïques polycristallins sont moins chers à produire que les panneaux monocristallins et permettent un meilleur agencement des cellules au sein des panneaux photovoltaïques. Même si ce genre de panneaux possèdent un rendement légèrement inférieur aux panneaux monocristallins (+/- 150 Wc/m²), ceux-ci restent tout à fait acceptables et dans des gammes de prix plus abordables.

Les installations domestiques de panneaux photovoltaïques vous permettent de devenir un véritable producteur d’électricité à domicile. Une connexion s’établit entre votre installation et le réseau électrique local vous permettant de l’approvisionner en électricité et d’y puiser quand vous en avez besoin.

Les centrales électriques photovoltaïques: à l’instar des centrales classiques au gaz, charbon, nucléaire… elles alimentent plusieurs dizaines de milliers de foyers en électricité « verte », c’est-à-dire sans production de gaz à effet de serre.

L’électrification de zones isolées: dans les zones rurales ou certaines régions de pays en voie de développement n’étant pas raccordées au réseau électrique, l’installation est connectée à une batterie stockant l’énergie produite durant la journée pour la redistribuer à n’importe quel moment.

Dans les objets de la vie quotidienne: les cellules photovoltaïques peuvent être utilisées dans de nombreux appareils électriques de la vie quotidienne, comme les montres, les calculatrices… mais aussi les jouets, les chargeurs, les toits ouvrants et plus récemment des vêtements!

La productivité est différente de la production d’une installation, même si ces deux notions sont étroitement liées.

Lorsque vous allez choisir vos panneaux et votre onduleur, on va vous parler de productivité en Wc (Watt-crête). Votre production quant à elle sera exprimée en Wh (Watt-heure). La productivité est une estimation selon des paramètres de conditions « optimales » de production. On s’en sert pour savoir ce que « a priori » une installation va produire si la température, l’ensoleillement, l’orientation etc… sont bons. On vous dira que si vous avez une productivité de « X » Wc, normalement votre production annuelle (qui varie chaque mois) devrait se trouver entre « Y et Z » Wh.

Sur base de la productivité d’une installation, on peut prévoir la production de celle-ci, qui évidemment variera d’une année à l’autre selon les conditions météorologiques et l’âge de votre installation.

« L’efficacité » d’une installation photovoltaïque répond à la question: combien de watt heure (kWh = quantité d’énergie) mon panneau produira-t-il dans des conditions optimales de fonctionnement?

En voici la réponse: les panneaux sont testés pour fonctionner de manière optimale à une température de 25° et un ensoleillement de 1000W/m².

Les panneaux photovoltaïques d’une installation sont reliés en strings (boucles). Cela signifie qu’ils sont montés en série et pas chacun séparément. Dans un string de panneaux photovoltaïques, tous les panneaux s’adaptent à celui qui aura la puissance la plus faible. En conclusion, si un seul panneau est ombragé, c’est toute la production qui s’en verra affectée.

C’est donc l’un des points principaux dont notre technico-commercial tiendra compte lors du calepinage et l’établissement du devis.

Les “diodes by pass” sont des composants électroniques permettant d’éviter les problèmes liés à l’ombrage. Les “diodes by pass” s’associent à des réseaux de cellules photovoltaïques au sein d’un même panneau et permettent au courant de circuler en isolant la cellule ombragée afin d’éviter les baisses de production.

Pour en connaître davantage sur le fonctionnement d’une installation photovoltaïque, consultez notre page dédiée.

Le taux de rendement des panneaux photovoltaïques est la production d’électricité réelle par rapport à un certain ensoleillement. Si l’ensoleillement est plus ou moins important, la production sera influencée, même si le panneau a une très bonne efficacité à la base.

Le rendement constitue un des premiers critères à prendre en considération dans le choix des panneaux photovoltaïques. Découvrez notre FAQ dédiée aux critères pour de bons panneaux photovoltaïques.

Tout d’abord, plusieurs paramètres sont à prendre en compte pour définir l’installation qui convient le mieux à vos besoins.

Si vous faites appel à une entreprise professionnelle qualifiée, ces paramètres ne seront pas laissés au hasard. Il faudra tenir compte de l’inclinaison de votre toiture, de son orientation, de la surface disponible, de l’ombrage, de votre consommation, de votre isolation… L’expertise et le savoir-faire d’Energreen vous garantiront un travail de qualité fiable.

Ensuite, la qualité des matériaux utilisés est importante, le rendement des panneaux et l’efficacité de l’onduleur dépendant des marques et des technologies utilisées par les fabricants.

Enfin, selon les contraintes de votre bien, il existe d’autres solutions que la pose de panneaux photovoltaïques sur la toiture. Ils peuvent être posés au sol, sur la façade ou encore, suivre la course du soleil grâce à un suiveur solaire.

Une installation photovoltaïque est constituée de divers éléments:

  • Les panneaux photovoltaïques (ou modules) transforment la lumière du soleil en électricité.
  • L’onduleur convertit le courant électrique continu produit par l’installation en courant électrique alternatif à destination domestique.
  • Les structures de montage (rails, crochets,…) permettent de maintenir les panneaux photovoltaïques solidement en place sans compromettre l’étanchéité de votre toiture et de résister aux conditions climatiques.
  • Les sectionneurs de courant sont des mécanismes de sécurité contre les risques d’électrocution.
  • Le compteur de Certificats Verts permet de mesurer la production en kWh de votre installation photovoltaïque et de calculer le nombre de Certificats Verts à octroyer. Utile également pour comparer votre production d’une année à l’autre.

Vous souhaitez tout savoir sur les composantes d’une installation photovoltaïques? Visitez notre page dédiée au fonctionnement d’une installation photovoltaïque.

L’onduleur sert à transformer le courant continu produit par les panneaux photovoltaïques en courant alternatif adapté au réseau électrique de l’habitation.

Pour une raison économique : si le stockage se fait sur batterie, il y a risque de perte lorsque la batterie est pleine et que la production est encore possible. De plus, les batteries consomment de l’électricité pour fonctionner. Enfin, si vous décidez de ne pas réinjecter d’électricité dans le réseau, vous ne bénéficierez pas du système des Certificats Verts et passerez à côté d’une aide financière non négligeable.

Au niveau écologique: en plus d’avoir une durée de vie limitée, les batteries sont des éléments contenant des quantités importantes de matières polluantes comme le plomb ou l’acide. À noter aussi que chaque kilowatt-heure produit par votre installation épargne à votre fournisseur la production d’un kilowatt-heure d’origine fossile ou nucléaire.

C’est pour ces raisons qu’Energreen ne propose pas d’installation fonctionnant sur batterie. Celles-ci ne trouvent un réel intérêt que lorsqu’elles sont destinées aux sites isolés comme les zones rurales ou certaines régions dans les pays en voie de développement.

Les installations de panneaux solaires photovoltaïques convertissent la lumière du soleil en électricité grâce aux cellules photovoltaïques. Grâce à l’onduleur, le courant continu sera transformé en courant alternatif et relié au réseau de distribution d’électricité.

Les installations de panneaux solaires thermiques transforment la lumière du soleil en chaleur par rayonnement, c’est le principe de l’effet de serre. Ensuite, la chaleur est transmise par conduction à un circuit d’eau qui réchauffé, sera dirigé vers un ballon qui transférera sa chaleur au chauffe-eau domestique. L’inconvénient est que lorsque le chauffe-eau est “à bonne température”, les panneaux continuent à produire “rien”.

Ce système est plus contraignant à installer que des panneaux photovoltaïques car il nécessite des travaux de plomberie et donc le passage de tuyaux depuis votre toit jusqu’à votre chaudière.

Généralement exprimé par la dénomination “Wc”, le watt-crête est une unité de mesure représentant la puissance électrique maximale potentielle délivrée par une installation de panneaux photovoltaïques pour un ensoleillement standard de 1000W/m² à 25°C.

Pour la consommation d’un ménage moyen en Belgique, une puissance de 4 kWc suffit amplement.

Il existe plusieurs types de compteurs d’électricité. Vous pouvez disposer d’un compteur mécanique (électromagnétique) dit “à disque” (plus ancien) ou d’un compteur digital (électronique). Le compteur à disque est le seul à pouvoir être “à cliquet”, pour éviter la fraude en le faisant tourner à l’envers. Pour le reste, ils peuvent être mono ou bi-horaire. Le mécanique est bi-directionnel. Le digital quant à lui enregistre l’électricité produite et consommée séparément. Il faudra ensuite effectuer la différence entre les deux pour connaitre votre facture éventuelle.

Ces compteurs électriques peuvent tourner dans les deux sens et décompter l’énergie injectée par une installation de panneaux photovoltaïques de celle consommée. Le calcul de compensation se fait automatiquement.

Ce compteur sera traité de manière identique au compteur électrique simple, étant donné qu’il enregistre séparément les énergies consommées et injectées.

L’installation d’un compteur électrique bidirectionnel, appelé également compteur double-flux, et son placement sont à charge de l’autoproducteur, c’est-à-dire du propriétaire de l’installation de panneaux photovoltaïques.

Dans ce cas, c’est le GRD qui communique la consommation et l’injection d’électricité par l’unité de production au fournisseur d’électricité et non plus le propriétaire du compteur en lui-même.

Avec les avancées technologiques et industrielles, le prix du photovoltaïque diminue constamment.  On parle d’une diminution de l’ordre de 50% dans les dix années à venir. Un objectif réaliste puisque le prix du photovoltaïque a considérablement diminué de 40% en cinq ans.

Les panneaux ne produisent de l’électricité qu’en captant les rayons du soleil. La nuit, votre installation de panneaux photovoltaïques ne produit donc pas d’électricité, vous consommez celle du réseau électrique local que vos panneaux ont contribué à produire la journée.

Actuellement, 80% de la consommation énergétique belge dépend des énergies fossiles non renouvelables. Celles-ci sont achetées à l’étranger et dépendent des cours internationaux de ces matières combustibles. Leur quantité limitée fait croître leur prix et rend la plupart de nos secteurs d’activité dépendants. On constate sur ces 5 dernières années, une augmentation du prix de l’électricité de 4,5%.

A l’avenir, la meilleure solution est de gagner en indépendance en investissant dans les énergies renouvelables car elles n’ont pas de prix d’achat. Il y a cependant les investissements en infrastructures pour les produire. C’est ce coût qu’on doit rentabiliser au mieux. Nous entrerons alors dans une économie circulaire.

Il existe plusieurs avantages non négligeables du passage à l’énergie renouvelable malgré le coût de son investissement: la création d’emplois dans ces différents secteurs, l’amélioration de la qualité de l’air ainsi que de l’état de santé global de la population et surtout, l’arrêt du processus d’appauvrissement de la planète.

À Bruxelles, les installations photovoltaïques bénéficient trimestriellement de certificats-verts. Ces certificats verts vous seront octroyés pendant 10 ans.

Pour une installation de 5kWc ou moins, il vous sera accordé 3 certificats verts par MWh produit par votre installation photovoltaïque.

Pour une installation de plus de 5kWc, il vous sera accordé 2,4 certificats verts par MWh produit par votre installation photovoltaïque.

Le prix de vente moyen d’un certificat vert tourne autour de 80€. Pour vendre vos certificats verts, vous devez vous adresser à un fournisseur d’électricité (au choix) actif en Région bruxelloise ou à un intermédiaire.

Tout savoir sur les certificats verts à Bruxelles

Les conditions météorologiques d’ensoleillement en Belgique sont favorables à l’installation de panneaux photovoltaïques.

Les risques de surchauffe dus à de fortes températures sont peu probables. Il n’y a donc pas de problèmes de perte de rendement.

Les toits pentus en prévision d’un climat pluvieux conviennent parfaitement aux installations de panneaux photovoltaïques. Si malgré tout l’orientation de ceux-ci n’est pas toujours plein sud, la perte de production reste très faible.

Depuis 2018 en Wallonie, le secteur photovoltaïque fonctionne sans prime particulière. La Région wallonne estime en effet que le rendement des installations photovoltaïques d’aujourd’hui suffit à justifier les investissements. Elle n’octroie dès lors plus de prime pour les nouveaux producteurs d’électricité verte. Dès lors, est-il encore bon d’investir dans sa propre installation photovoltaïque lorsqu’on habite en Wallonie? La réponse est sans appel et indiscutablement OUI !

Quels sont les avantages d’investir ?

  1. C’est bon pour l’environnement
  2. Ça augmente la valeur de votre habitation
  3. Ça vous prémunit face à la hausse des prix de l’électricité
  4. L’investissement est peu risqué
  5. C’est bon pour le portefeuille

Lire notre article “Pourquoi investir dans le photovoltaïque en Wallonie?

Les primes régionales et fédérales ont été créées dans le but de lancer le marché du photovoltaïque. La disparition de ces primes marque la maturation de ce secteur, confirmant sa fiabilité, sa rentabilité et son impact positif sur l’écologie.

Face aux explosions des prix du marché de l’électricité, du gaz, etc. le retour sur investissement du photovoltaïque ne fait que baisser.

Il faut noter également qu’en Région wallonne, le gestionnaire de réseau a l’obligation de vous racheter vos Certificats Verts au prix minimum de 65€.

Enfin, le photovoltaïque offre un taux de rentabilité de l’ordre de 7% pour un investissement à risque presque nul. Il est dès lors plus intéressant d’avoir une installation photovoltaïque qu’un compte d’épargne.

Les primes et autres avantages fiscaux sont uniquement là pour rendre l’énergie photovoltaïque aussi compétitive que les sources d’énergie fossiles.

L’EPIA, l’agence Européenne du Photovoltaïque prévoit la parité d’ici moins de vingt ans. Cela signifie que dans moins de vingt ans, l’électricité issue du photovoltaïque n’aura plus besoin de subsides pour être moins chère que l’électricité produite par une centrale classique. Les primes vont donc diminuer chaque année pour disparaître totalement.

Wallonie

  • En 2012, on observe une baisse des primes qui concerne surtout le nombre de certificats verts octroyés.
  • En 2014, le régime des certificats verts est supprimé pour être remplacé par la prime Qualiwatt.
  • En 2018, le mécanisme de soutien Qualiwatt a été supprimé. Le secteur photovoltaïque fonctionne depuis lors sans prime particulière. La Région wallonne estimant en effet que le rendement des installations photovoltaïques d’aujourd’hui suffit à justifier les investissements. Elle n’octroie dès lors plus de prime pour les nouveaux producteurs d’électricité verte.

Bruxelles

  • En 2020, les certificats verts octroyés pour les nouvelles installations résidentielles diminuera. Le nombre de CV octroyés dépendra de la classe de puissance de votre installation.

Flandre

  • Depuis 2015, la Région flamande n’octroie plus de prime pour le photovoltaïque. Le système des certificats verts a lui aussi été abandonné en 2014.

Vous souhaitez en savoir plus sur les aides au photovoltaïque? Consultez notre page dédiée à la rentabilité du photovoltaïque.

Actuellement, les installations de panneaux photovoltaïques sont raccordées au réseau de distribution, afin d’y stocker l’électricité produite. Vous dépendez donc encore de son utilisation partielle et certains coûts fixes tels que les frais de gestion vous seront facturés.

Depuis la fin du régime d’octroi des Certificats Verts en Wallonie, il n’existe plus de système de tiers investisseur pour investir dans une installation photovoltaïque en Wallonie.

Le système demeure par contre actif à Bruxelles. Le principe de fonctionnement du tiers investisseur est que ce soit la société (le tiers investisseur) qui réalise l’investissement dans votre installation photovoltaïque et qu’en échange, elle se rémunère via le paiement des certificats verts générés par votre production solaire. Plusieurs initiatives ont ainsi vu le jour depuis quelques années à Bruxelles.

Dans ce cadre, Energreen a conclu un partenariat avec la société HelloSun afin de permettre à chaque bruxellois l’accès au solaire sans devoir investir.

De façon générale, comment ça marche?

  1. Le tiers investisseur investit dans le placement de panneaux sur votre toit, s’occupe des démarches administratives et assure le suivi pendant 10 ans.
  2. Vous profitez de l’énergie produite par les panneaux. Vous économisez jusqu’à 1000€ par an et le tiers investisseur se rémunère grâce aux Certificats Verts générés par l’installation.
  3. Vous devenez propriétaire des panneaux après 10 ans et continuez à profiter de l’installation. La Région bruxelloise remplit sa mission de produire de l’énergie verte.
  4. Une solution 100% win-win!

Il s’agit d’un prêt à tempérament dont vous pouvez bénéficier pour financer vos travaux de rénovation, destinés à réduire votre empreinte écologique. Renseignez-vous auprès de votre organisme bancaire.

Retrouvez également toutes les informations sur le prêt vert bruxellois (PVB) (Bruxelles), l’Ecopack et le Rénopack (Wallonie) via notre page Aides et Primes.

Domaine technologique en pleine évolution, le photovoltaïque a de belles perspectives d’avenir en termes de rendement.

Chaque année, l’augmentation de la puissance des panneaux photovoltaïques est de 2%. Les puissances moyennes actuelles pour une surface de panneaux standards de 1,6m² sont de 310-315Wc.

Si l’on observe les prix, on remarque également une amélioration. Les innovations technologiques et l’évolution des chaines de production ont permis de faire baisser le prix au Wc de 50% en 4 ans.

D’une part, le prix de l’électricité domestique augmente de manière importante depuis ces dernières années.

D’autre part, le prix d’investissement pour une installation photovoltaïque ne cesse de diminuer. Il est donc quotidiennement plus intéressant d’investir.

Vous pouvez également solliciter un Crédit Energie (en Wallonie) ou un Prêt Vert bruxellois (à Bruxelles) pour financer vos investissements énergétiques. D’un point de vue financier, il serait regrettable de ne pas en profiter.

Par ailleurs, au vu de l’urgence climatique, il est plus que temps de réduire notre impact écologique. En conclusion, le plus tôt sera le mieux pour votre portefeuille et pour la planète.

Pour tout savoir sur la rentabilité d’une installation photovoltaïque que cela soit en Wallonie, en Flandre ou à Bruxelles, découvrez notre page dédiée à la rentabilité d’une installation photovoltaïque.

Il existe plusieurs critères pour faire votre choix.

L’entreprise doit être enregistrée et avoir l’accès à la profession de couvreur et d’électricien.

Les bilans annuels, le nombre d’installations effectuées par an ainsi que la prise en charge administrative sont à connaitre.

Mais la différence principale se joue au niveau des services et des garanties. Vous allez être partenaire d’une entreprise pendant plus de 25 ans. Mieux vaut bien s’entourer et s’assurer que tous les « problèmes éventuels » seront pris en charge sans vous rajouter de frais supplémentaires. Energreen a les garanties les plus complètes et durables du marché, ce n’est pas un hasard.

Pour déterminer l’installation de panneaux photovoltaïques qui vous convient, il y a de nombreux paramètres à prendre en compte.

  • Les premiers sont techniques: l’orientation de votre bâtiment, l’inclinaison du toit, les risques d’ombrage, la surface exploitable, etc.
  • Ensuite viennent vos besoins: consommation et désidératas esthétiques.
  • Et enfin, les systèmes de monitoring et les garanties qui vous intéressent.

Si vous souhaitez connaitre les solutions qui s’offrent à vous, n’hésitez pas à utiliser notre « Simulateur photovoltaïque » ou à envoyer une demande de Devis Conseil. Nous reprenons contact avec vous dans les 48h.

Chaque installateur propose ses propres garanties en plus de celles du fournisseur.

Energreen garantit sa main d’œuvre et ses produits de manière globale. Nous avons les garanties les plus complètes et les plus durables sur le marché. Si vous souhaitez les consulter, rendez-vous dans la rubrique « Les garanties Energreen ».

Il existe plusieurs solutions d’installations de panneaux photovoltaïques selon les contraintes de votre construction. Nous appelons cela les types de pose photovoltaïques.

La surimposition de panneaux photovoltaïques: la solution la plus courante. Les panneaux photovoltaïques sont posés sur une structure fixée en parallèle à la pente de votre toit.

L’intégration de panneaux photovoltaïques: l’utilisation des panneaux photovoltaïques comme revêtement de votre toit. Cette solution convient aux nouvelles constructions et à la rénovation de votre toit.

L’installation de panneaux photovoltaïques sur toit plat: la solution idéale pour les toits ayant une pente inférieure à 30°. Les panneaux photovoltaïques sont fixés à une structure pentue, pour garantie un ensoleillement optimal.

L’installation de panneaux photovoltaïques au sol: la solution adaptée si vous disposez d’un terrain d’envergure ou agricole. Les panneaux photovoltaïques sont fixés à une structure pentue et orientés plein sud.

L’installation de tracker (traqueur/ suiveur) solaire photovoltaïque au sol: une solution si vous manquez d’espace. Les panneaux photovoltaïques sont montés sur un mât fixé dans le sol qui suit la course du soleil au fur et à mesure de la journée.

Découvrez notre page dédiée aux différents types de pose des panneaux photovoltaïques.

Cela dépend du rendement des panneaux solaires photovoltaïques que vous choisissez. On sait qu’un ménage moyen de trois personnes en Belgique consomme environ 3500kWh/an. Cela équivaut à peu près à 4kWc. Selon leur rendement, il faut compter 4 à 5 panneaux photovoltaïques pour couvrir 1kWc. Une installation moyenne compterait environ entre 15 et 20 panneaux photovoltaïques.

Lorsque vous décidez d’investir dans une installation photovoltaïque, vous décidez de devenir producteur d’énergie verte. Pour pouvoir gérer votre production, un service est mis à votre disposition : le monitoring (surveillance en ligne).

Vous avez la possibilité, via notre site web, de vous connecter à un espace client personnel et de surveiller votre production au jour le jour.

Vous pouvez vérifier le bon fonctionnement de votre installation mais également vous en servir comme outil de comparaison année après année. De plus, des alertes mails vous sont envoyées si un quelconque problème devait survenir, surtout dans les premiers jours de votre installation.

Si vous craignez le vol de vos panneaux photovoltaïques, notamment pour les installations au sol, nous pouvons vous fournir des solutions afin d’empêcher le démontage des panneaux.

N’hésitez pas à nous demander plus de renseignements lors de la rencontre pour le Devis Conseil avec notre technico-commercial.

Le nombre de panneaux photovoltaïques nécessaires pour une installation dépendra de plusieurs critères :

  1. La consommation à couvrir
  2. La surface disponible
  3. La puissance des panneaux en Watts-crête (selon le fabricant)
  4. Votre budget

Un devis reprenant tous les critères à prendre considération permettra à votre installateur de vous faire la proposition la mieux adaptée à votre projet personnel. Pour cela, il doit se rendre à votre domicile et effectuer plusieurs mesures déterminantes et connaitre vos besoins énergétiques et vos désidératas esthétiques. Chez Energreen, ce service est GRATUIT et SANS ENGAGEMENT.

Demandez votre devis gratuit

Premièrement, les équipes d’Energreen sont composées d’électriciens et de couvreurs professionnels. Les couvreurs sont les experts responsables de veiller à l’étanchéité de votre toit pendant l’installation.

Deuxièmement, le matériel de fixation utilisé est déterminant, il doit être étanche et de qualité. Il doit également être adapté à votre revêtement, que celui-ci soit en tuiles, ardoises, roofing ou métal.

Enfin, vous disposez pendant une période de dix ans à dater de la réception-agréation de l’installation photovoltaïque, d’une garantie d’étanchéité de l’Entrepreneur, conformément aux dispositions légales en vigueur.

 

Plusieurs critères sont à prendre en considération dans le choix de vos panneaux photovoltaïques. Parmi ceux-ci on retrouve:

  • Le rendement des panneaux

C’est un critère important surtout si la surface de toit disponible est limitée. On calcule le rendement des panneaux en fonction du pourcentage de Watts obtenus pour une irradiation solaire de 1000 W/m².

  • La tolérance

Chaque panneau a une puissance théorique. Auparavant, cette puissance pouvait varier de +/- 5%. Il pouvait donc vous arriver d’acheter des panneaux à la puissance de 270Wc et que l’un d’entre eux n’ait qu’une puissance effective de 265Wc. Or, les panneaux étant montés en séries, ils s’adaptent à la puissance du panneau le plus faible. Aujourd’hui un installateur comme Energreen veut fournir la garantie d’une puissance effective à ses clients en ne travaillant qu’avec des produits de tolérance “positive”. Cela signifie que pour un panneau dont la puissance théorique est de 270, elle sera en fait comprise entre 270 et 275 et ce afin de garantir un rendement optimal de vos panneaux photovoltaïques.

  • La perte de puissance dans le temps

En règle générale, on garantit qu’après 10 ans, un panneau aura encore 90% de puissance et 80% après 20 ans. Seule la marque Sunpower vous garantit un pourcentage plus élevé, et reprend vos panneaux si ceux-ci ne respectent pas ces critères.

  • La perte d’efficacité par haute température

Les panneaux photovoltaïques sont conçus pour avoir une efficacité optimale à 25°C. Au-delà de cette température, ils perdent de leur efficacité. Entre -0,20% et -0,50%/°C, c’est normal. La perte d’efficacité ne doit pas être supérieure à -0,50%/°C.

  • La garantie du produit

Vous pouvez bénéficier de la garantie du fabriquant sur le produit, mais également de la garantie de l’installateur. Energreen vous garantit 10 ans sur tous ses produits.

  • Le lieu de production du module

Les normes de fabrication pour les panneaux photovoltaïques ne sont pas identiques dans toutes les régions du monde. Renseignez-vous sur le pays et les normes de fabrication de vos panneaux.

Lisez également notre article Energreen, un réseau de partenaires solides.

OUI. La Belgique dispose d’un bon ensoleillement et de faibles températures. Cette combinaison est favorable à une bonne conductivité électrique. Cela signifie que les panneaux ont toutes les conditions nécessaires pour produire normalement.

Il est tout à fait normal que vos panneaux produisent moins en hiver étant donné que le soleil se lève plus tard et se couche tôt.

Sur un toit incliné, les panneaux sont accrochés directement aux chevrons de votre toiture. Ceux-ci sont conçus pour résister à de grosses pressions et permet une résistance à des vents de plus de 130 km/h.

Sur toit plat, différents systèmes permettent d’assurer la résistance de votre système photovoltaïque contre les vents (lestage, bacs solidarisés, accrochage au toit et lestage, etc.) et ce, sans compromettre l’étanchéité de votre toiture.

Afin d’éviter tout abus et surcharges sur le réseau électrique, certaines lois ont été mises en place pour décourager les particuliers de se lancer dans la production d’électricité à grande échelle.

Ainsi lorsque vous dépassez la limite des 10 kVa de production (environ 10kWc) il vous faudra effectuer quelques modifications de votre installation de panneaux photovoltaïques: armoire de découplage, compteur supplémentaire, etc, pour un coût non-négligeable.

Les panneaux solaires photovoltaïques ont une durée de vie comprise entre 25 et 30 ans et peuvent résister à toutes sortes de conditions climatiques. Pour vous assurer de leur bon fonctionnement, vérifiez régulièrement les informations fournies par votre onduleur ou votre système de télésurveillance en ligne (appelé également système de monitoring).

Consultez également notre rubrique FAQ ‘Investir dans le photovoltaïque‘ et trouvez la réponse à toute une série de questions allant de la qualité et du rendement des panneaux photovoltaïques, de leurs garanties, en passant par le choix de son installateur.

Les deux types de compteurs conviennent pour votre installation de panneaux photovoltaïques. La seule différence réside dans le fait qu’avec un compteur monophasé, votre production d’électricité sera limitée à 5 kW. Avec un compteur triphasé, vous pourrez atteindre 10 kW.

Un installateur qualifié prendra soin d’adapter entièrement votre ancienne installation électrique aux nouvelles exigences de votre installation de panneaux photovoltaïques.

Votre rendement annuel dépendra de l’installation qui aura été déterminée pour vos besoins. On optera pour une installation qui ne produira jamais plus d’électricité que celle dont vous avez effectivement besoin. Son rendement sera donc au mieux équivalent à votre consommation.

Si vous disposez d’un compteur bi-horaire et que vous décidez de faire une installation de panneaux photovoltaïques qui couvrira l’entièreté de votre consommation, nous vous conseillons de changer de compteur pour un compteur unique (mono-horaire) qui vous coûtera moins cher en frais fixes. La demande du changement de compteur s’effectue auprès de votre GRD.

Si votre installation ne devait pas couvrir l’entièreté de votre consommation, il reste à votre avantage de garder votre bi-horaire.

La puissance maximale d’une installation de panneaux photovoltaïques dépend du type de raccordement réseau dont vous disposez.

En raccordement monophasé: la puissance maximale de réinjection, puissance maximum de(s) onduleur(s) de votre installation, ne peut être supérieure à 5kVA, soit environ 5kWc.

En raccordement triphasé: théoriquement, aucune limite n’existe outre la capacité du réseau de distribution à recevoir la puissance raccordée. Cela dit, au-delà d’une puissance maximum des onduleurs de 10 kVA (+-10 kWc), de coûteux équipements de contrôle additionnels devront être installés. Les installations de plus de 10kVA sont généralement destinées à une clientèle industrielle.

Il est tout à fait possible d’utiliser un système thermique pour chauffer l’eau, combiné à système photovoltaïque pour produire de l’électricité.

Aucun changement n’est à priori requis si vous installez des panneaux photovoltaïques chez vous. Cependant, c’est une bonne occasion pour vous de comparer les meilleures offres des différents fournisseurs.

Certains fournisseurs présents sur le marché fournissent spécifiquement de l’électricité issue de source durables. Renseignez-vous, cela vaut le coup!

Une installation de panneaux photovoltaïques n’est soumise à aucun permis d’urbanisme si l’ensemble des panneaux est fixé ou incorporé à la toiture et qu’il ne représente aucun débordement par rapport au bâtiment. Cette règle n’est pas valable pour les sites protégés, pour les installations photovoltaïques au sol et dans le cas où d’éventuels travaux préalables doivent être effectués.

Non, vous ne devez pas prendre d’assurance complémentaire pour votre installation de panneaux photovoltaïques.

Vous devez cependant informer votre assureur que vous avez fait l’investissement. Mais en principe cela ne change en rien votre police d’assurance.

Différents critères sont à prendre en considération pour s’assurer d’un rendement optimal:

  • L’orientation idéale: sud, sud-ouest
  • L’inclinaison optimale: une pente de toit de 30-35°
  • L’ombrage à éviter: parce qu’il diminue le rendement de vos panneaux photovoltaïques. Evitez le placement près des cheminées, arbres…
  • Une installation adaptée à votre surface disponible: surimposition, intégration, installation au sol…
  • Une bonne connaissance de votre consommation à couvrir
  • Une bonne isolation préalable de votre construction

Etant donné que toutes les installations sont personnalisées et dépendent de votre situation, il n’y a pas de « conditions d’exclusion » pour le photovoltaïque.

En principe, un toit pentu d’environ 30° et une orientation sud sont les conditions idéales.

Cependant, peu d’habitations respectent ces conditions, il existe autant de solutions que de cas particuliers. Une installation peut être faite sur un toit pentu, un toit plat, au sol ou encore sous forme de traqueur solaire. Il existe aussi différents types de panneaux plus ou moins performants selon que vous disposiez ou non d’une plus ou moins grande surface.

Quelle que soit votre situation, Energreen a la solution. N’hésitez pas à essayer notre «Simulateur photovoltaïque» pour trouver celle qui vous convient!

Il est possible de réinjecter le surplus de votre électricité produite dans le réseau, suite à un accord écrit préalable avec votre Gestionnaire de Réseau de Distribution (GRD). C’est ce que l’on appelle le mécanisme de compensation. Votre compteur électrique tourne à l’envers lorsqu’il réinjecte du courant sur le réseau commun de distribution.

Nous ne vous conseillerons jamais de faire une installation dont la production dépasserait votre consommation car la revente de votre surplus à l’heure actuelle est très difficile.

Cependant, lorsque vous n’êtes pas à votre domicile et ne consommez pas d’électricité, vos panneaux continuent à fonctionner. L’électricité ainsi produite est alors injectée sur le réseau électrique (votre compteur tourne à l’envers = mécanisme de compensation) et vous pouvez en disposer lorsque vous en avez besoin.

La production est comptabilisée à chaque instant, mais vous ne l’utilisez que lorsque bon vous semble.

Il s’agit de la valorisation de l’électricité produite par votre installation de panneaux photovoltaïques au tarif d’achat de l’électricité de votre fournisseur.

Lorsque votre installation de panneaux photovoltaïques produit de l’électricité que vous ne consommez pas directement, vous injectez celle-ci sur le réseau et y puisez de l’électricité lorsque vous en avez besoin. Quand vous injectez, vous avez le droit de valoriser, comptabiliser cette énergie produite: votre compteur tourne à l’envers. Il tournera à nouveau dans le sens habituel lorsque que vous puiserez à nouveau sur le réseau.

Attention, cette valorisation est possible uniquement sur votre consommation personnelle. En effet, l’électricité étant très difficile à stocker, il faut une égalité entre l’électricité produite et consommée. C’est pourquoi les autoproducteurs ne peuvent pas « stocker et revendre » l’électricité qu’ils ont produite, mais doivent l’utiliser personnellement. Par conséquent, nous vous déconseillons de produire plus que nécessaire car vous ne recevrez aucune compensation financière.

Si votre installation de panneaux photovoltaïques est supérieure à 10 kVA, vous serez considéré comme un gros producteur d’électricité domestique. Le Gestionnaire de Réseau Distribution (GRD) vous imposera le placement d’un compteur spécifique et d’une armoire de découplage. Au niveau de l’injection sur le réseau, elle sera soumise à une inspection afin d’en vérifier les conditions techniques.

Lorsque vous consommez de l’électricité, vous puisez sur le réseau et  votre compteur électrique comptabilise votre consommation.

Grâce à vos panneaux photovoltaïques, vous produisez votre propre électricité. C’est le réseau  qui vous servira d’espace de stockage. C’est cette injection sur le réseau qui fera tourner votre compteur à l’envers si c’est un compteur à disque. Si vous disposez d’un compteur digital, il comptabilisera votre production séparément de votre consommation. Seul le compteur à cliquet ne peut tourner à l’envers.

Enfin, ce mécanisme de compteur qui tourne à l’envers est possible tant que votre installation ne dépasse pas 10kVA (+ ou – 10.000 Wc). Dans le cas contraire, il vous faudra un compteur qui tourne dans un sens et un autre dans le sens opposé. Cela dit, cette situation ne concerne que très rarement les particuliers.

La plupart des compteurs à disque (électromagnétiques) peuvent tourner à l’envers. Sauf certains compteurs dits “à cliquet”.

Dans ce cas, il suffit de demander à votre gestionnaire de réseau de distribution d’électricité (GRD) d’effectuer le changement gratuitement.

Les compteurs électroniques ne peuvent de toute évidence, tourner à l’envers. Cela dit, il est tout à fait possible de les reprogrammer pour qu’ils puissent différencier l’électricité produite par votre installation de l’énergie reçue par votre fournisseur.  C’est la somme de ces deux mesures qui déterminera votre facture d’électricité.

A noter que ce mécanisme marche aussi bien sur les compteurs recevant un courant monophasé que triphasé.

Lorsqu’un ou plusieurs de vos panneaux photovoltaïques souffrent d’ombrage, même de manière partielle, leur production s’en trouve affectée.

Les panneaux photovoltaïques étant reliés en séries, la baisse de production d’un panneau affecte l’ensemble de cette série et donc de l’installation dans sa globalité. C’est pourquoi une attention particulière doit être accordée au problème d’ombrage.

Cheminées, cellules de climatisation, murets, arbres, poteaux électriques, bâtiments voisins, etc. mais aussi l’orientation de la toiture sont autant d’éléments susceptibles de créer de l’ombrage sur votre installation de panneaux photovoltaïques et d’en réduire la production globale. Heureusement il existe des solutions!

Voir notre FAQ relative à l’ombrage.

Nous vous recommandons d’y veiller lors de l’établissement du devis, d’être correctement conseillé par votre installateur afin d’éviter de mauvaises surprises.

Il se peut cependant que votre installation subisse un ombrage temporaire à certains moments de la journée.

Dans ce cas, l’orientation de vos panneaux photovoltaïques, l’utilisation de panneaux photovoltaïques équipés de “diodes by pass”,  ainsi qu’un raccordement adapté des modules font partie des solutions les plus souvent envisagées.

Par ailleurs, les optimiseurs permettent d’éviter certains problèmes liés à l’ombrage. Il s’agit de dispositifs analysant en temps réel le rendement de chaque panneau, ainsi que les pertes de productivité liées à l’ombrage. Ils sont capables de configurer votre installation de manière optimale à chaque instant.

Vous souhaitez en apprendre davantage sur les composantes d’une installation? Visitez notre page dédiée au fonctionnement d’une installation photovoltaïque.

En principe, la pluie à elle seule suffit à éliminer les saletés éventuelles. Cependant, lorsqu’il ne pleut pas pendant une longue période ou que la pente du toit est trop faible (moins de 15°) il est possible que la poussière entraîne une perte de productivité d’environ 10%. Il vous suffit de nettoyer vos panneaux photovoltaïques à l’eau claire. N’hésitez pas à nous demander conseil.

Oui. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les panneaux photovoltaïques fonctionnent moins bien par temps chauds que par temps froids. Au-dessus de  25° C, si la ventilation sous les panneaux n’est pas correctement assurée, il y aura perte de production.

Cependant, le climat belge étant favorable aux installations de panneaux photovoltaïques, cette perte ne dépassera jamais les 2%.

Si en périodes d’intempéries, la neige recouvre vos panneaux photovoltaïques, ceux-ci ne captent plus correctement les rayons du soleil et ne peuvent plus produire d’électricité. Comme dans le cas de l’ombrage, votre production s’en trouve diminuée.

Alors, quelle est la solution ? Quels sont les gestes à faire et à ne pas faire? Voici nos réponses.

Lire notre article “De la neige sur vos panneaux photovoltaïques?”

La chaleur étant l’un des ennemis de votre installation de panneaux photovoltaïques, son fonctionnement n’en est qu’optimisé par temps froid. En effet, à mesure que la température ambiante diminue, la conductivité électrique augmente.

Ainsi, bonne luminosité et températures fraîches sont les conditions optimales pour le bon rendement de votre installation de panneaux photovoltaïques.

L’empreinte écologique d’un individu correspond à la superficie géographique nécessaire pour subvenir à ses besoins et absorber ses déchets. Elle mesure donc notre impact sur les ressources naturelles que nous consommons. Cela fait plus de 30 ans que nous consommons plus que ce que notre planète produit annuellement.

En 2013 par exemple, c’est au mois d’août que la limite fût dépassée. Ce qui signifie qu’il nous faudrait environ deux planètes Terre pour subvenir à nos besoins durant toute une année.

Les deux principaux avantages des installations de panneaux photovoltaïques sont leur faible empreinte écologique et leur faible impact sur l’environnement. Mais ce ne sont pas les seuls.

L’un des principaux problèmes dans la production électrique actuelle, est la perte d’énergie lors du transport de celle-ci dans les câbles du réseau. Une perte qui s’élève en moyenne à 5% de la consommation totale du pays. Un chiffre qui représente plus de 4 Térawatts de perte par an, soit un cinquième de la production annuelle de la centrale nucléaire de Tihange.

De cette manière, les unités locales de production d’électricité, telles que les installations de panneaux photovoltaïques, permettent de limiter ces pertes en offrant des points de productions d’énergie proches des points de consommation.

Le photovoltaïque offre également une alternative crédible aux énergies fossiles.

Si le photovoltaïque est très rentable financièrement, il est tout aussi rentable pour la nature, son empreinte écologique étant très faible.

On estime en effet, entre 1,6 et 4 ans le temps de fonctionnement nécessaire pour qu’un panneau photovoltaïque compense l’énergie qui aura été nécessaire à sa production. La durée de vie d’un panneau étant comprise entre 20 et 30 ans, celui-ci aura finalement produit entre 10 et 20 fois plus d’énergie qu’il n’en aura fallu pour le produire.

L’énergie solaire produite par les panneaux photovoltaïques est une énergie verte, elle n’émet pas de CO2, de gaz à effet de serre.

Cependant, la production, l’installation, le démantèlement et le recyclage des panneaux photovoltaïques nécessitent eux, de l’énergie. Il faudra donc un certain temps d’utilisation de vos panneaux pour « équilibrer » cette dépense d’énergie, c’est ce qu’on appelle le « temps de retour ». En Belgique il est de 19 à 40 mois pour les installations sur toiture et de 32 à 56 mois pour celles en façade.

Spécifions tout de même qu’avec une installation de seulement 1 kWc utilisée pendant 25 ans, vous économisez environ l’émission de 40 tonnes de CO2!

La technologie photovoltaïque n’a que très peu d’impact négatif sur l’environnement, par rapport à ce qu’elle peut apporter comme bénéfices en matière d’écologie.

Premièrement, le photovoltaïque est une production d’énergie propre puisqu’il n’engendre aucun rejet de gaz à effet de serre, responsables du réchauffement climatique.

Ensuite, la production de cellules photovoltaïques à partir de silicium n’a aucune incidence topographique ou structurelle du terrain. Le sable étant sa principale source, il est présent en quantités suffisantes. Concernant vos panneaux photovoltaïques eux-mêmes, ils ne produisent ni polluant, ni déchet. Ils n’entrent pas non plus en contact avec les nappes phréatiques, pas plus qu’avec les eaux superficielles.

Enfin, la production d’électricité via une installation de panneaux photovoltaïques est entièrement silencieuse et n’engendre aucune nuisance sonore.

Les panneaux solaires photovoltaïques sont recyclables et peuvent être récupérés par les fabricants spécialisés. Leurs matériaux sont alors démantelés pour être utilisés sur d’autres panneaux.

Par ailleurs, même en fin de vie, un panneau photovoltaïque possède encore un rendement d’environ 80% par rapport à son rendement initial. Ils peuvent dès lors être réutilisés intégralement et à moindre coût dans les régions isolées de certains pays en voie de développement.

Dans un avenir plus ou moins proche, il faut l’envisager.

L’efficacité des panneaux et leur coût de production les empêchent encore d’être considérés comme solution unique pour répondre aux besoins énergétiques mondiaux mais le potentiel de l’énergie photovoltaïque est énorme, et peut dès aujourd’hui, contribuer de façon massive à la production d’électricité.

Chaque jour, l’énergie solaire brute qui atteint les surfaces émergées équivaut à 6000 fois la consommation mondiale. Il suffirait de recouvrir seulement 1,4% du territoire européen de panneaux photovoltaïques pour pouvoir subvenir aux besoins en électricité de l’Humanité toute entière!

Rien qu’en Belgique, la surface des toits de nos maisons et de nos bâtiments professionnels serait largement suffisante pour produire l’électricité nécessaire au pays durant toute la journée!

Votre installation de panneaux photovoltaïques ne nécessite en principe aucun entretien. La pluie et le vent se chargeront de balayer les éventuels résidus de feuilles, de poussière, etc.

Vous pouvez cependant vérifier son état une fois par an, si elle a souffert de fortes intempéries. Il en est de même pour votre onduleur. Attention, n’utilisez jamais de produits liquides pour le nettoyer.

Vous souhaitez en savoir plus sur l’entretien et le nettoyage de vos panneaux photovoltaïques? Energreen met à votre disposition toute une gamme de services dédiée à l’entretien et au dépannage de votre installation photovoltaïque.

Pour constater un dysfonctionnement dans votre installation de panneaux photovoltaïques, il vous suffit de comparer la production réelle de votre installation à sa production théorique établie lors du devis. Si la production réelle est plus faible que la production théorique, il est possible que cela vienne d’un composant défectueux.

Les panneaux photovoltaïques sont fabriqués en verre trempé de 3 à 4 mm d’épaisseur. Ce verre résiste aussi bien voire mieux qu’un pare-brise de voiture aux différents coups pouvant lui être infligés. De manière générale, un panneau résiste au minimum à des grêlons de 25 mm tombant à une vitesse de 90 km/h.

Les mesures en matière d’installation de panneaux photovoltaïques concernant les entreprises, PME, indépendants et professions libérales sont gérées par le Service Public des Finances et le Département de l’Energie et du Bâtiment Durable en Wallonie.

Découvrez également notre site internet Energreen B2B dédié au photovoltaïque industriel (installations > 10 kVa).

Pour les entreprises, les gains générés lors de la vente des Certificats Verts sont considérés comme une source de revenu et sont par conséquent soumis à l’impôt.

Les Certificats Verts sont une des mesures d’aide financière créées par le gouvernement fédéral en termes d’investissement en énergies renouvelables.

Ces Certificats dits « Verts » sont en pratique des titres attribués aux propriétaires d’installations de panneaux photovoltaïques, producteurs d’énergie respectueuse de l’environnement (énergie solaire photovoltaïque, énergie éolienne,…). Les Certificats Verts n’ont de valeur financière qu’une fois revendus à votre GRD ou à votre fournisseur d’électricité.

Actuellement, les certificats verts ne sont encore octroyés qu’à Bruxelles.

En Wallonie, le secteur photovoltaïque fonctionne sans prime particulière depuis 2018. La Région wallonne estime en effet que le rendement des installations photovoltaïques d’aujourd’hui suffit à justifier les investissements. Elle n’octroie dès lors plus de prime pour les nouveaux producteurs d’électricité verte. Vous trouverez tous les détails via notre page “Primes et aides” de notre rubrique photovoltaïque.

À Bruxelles, l’organisme responsable de l’attribution des Certificats Verts est la Brugel. Vous devez y introduire un dossier une fois votre installation certifiée par un organisme de contrôle agréé. Il faut qu’il vous reconnaisse comme producteur vert officiel et vous attribue un numéro de site de production. Vous devez ensuite effectuer votre relevé d’index et le communiquer une fois par trimestre. Vos Certificats Verts vous seront ensuite attribués et vous pourrez les revendre au meilleur offrant (liste mise à jour régulièrement sur le site de Brugel).

En Wallonie, le système d’octroi des Certificats Verts a pris fin en 2014. La Région n’offre plus de subsides aux nouveaux producteurs d’électricité photovoltaïque.

Le nombre de Certificats Verts qui vous sont octroyés dépend de votre régime d’octroi de Certificats Verts et de la production trimestrielle de votre installation de panneaux photovoltaïques. Vous pourrez connaître ce nombre en effectuant le relevé de votre compteur de Certificats Verts relié à votre installation. Le régime d’octroi actuel est de 50 Certificats Verts par MWh produits et répartis sur une durée de 10 ans. Un nouveau régime d’octroi est entré en vigueur le 1/04/2013.

La durée d’octroi des Certificats Verts dépend de votre régime d’octroi, c’est-à-dire de la date à laquelle vous avez signé votre devis. En Wallonie, le régime d’octroi des CV a pris fin le 01/04/2013. La durée d’octroi des Certificats Verts de ce régime était de 10 ans.

À Bruxelles, où le régime des Certificats Verts demeure, la durée d’octroi est également de 10 ans.

Vous souhaitez en savoir plus sur les aides au photovoltaïque? Consultez notre page dédiée à la rentabilité du photovoltaïque.

Grâce à votre compteur de Certificats Verts, vous pouvez effectuer vous-même le relevé du nombre de Certificats Verts qui doivent vous être attribués. Chaque trimestre, vous le transmettez à la CWAPE via courrier, email, ou directement sur leur site internet https://www.e-cwape.be.

Suite à l’engouement du photovoltaïque en Belgique grâce notamment au principe des Certificats Verts, c’est à Elia (GRTL) qu’il est le plus intéressant de les revendre.

En effet, ils ont l’obligation de vous les racheter au prix minimum de 65€. Les anciennes formules de rachat ne sont plus concurrentielles. Pour cela, il vous suffit de le préciser sur le portail de la CWaPE lors de votre enregistrement.

Elia est le gestionnaire principal du transport de l’électricité. En sa fonction de service publique, il lui a été imposé de garantir le rachat des Certificats Verts au prix minimum de 65€. Le but de la manœuvre est de garantir aux futurs autoproducteurs une rentabilité d’environ 6 ans pour leur installation de panneaux photovoltaïques. Période après laquelle ils deviennent indépendants énergétiques et n’ont plus besoin de ces mécanismes de soutien, leur autoproduction d’électricité étant leur gain principal.

Chaque installation de panneaux photovoltaïque dispose d’un compteur vert. Celui-ci est destiné à calculer l’énergie produite par l’installation, donc le nombre de Certificats Verts.

Si vous disposez de plusieurs installations sur différentes habitations, vous pouvez cumuler les Certificats Verts pour chaque installation.

Le régime et la durée d’octroi varieront selon la date de l’installation.

Chaque installation dispose de son propre compteur de Certificats Verts et de son propre régime d’octroi selon la date de signature du devis de ce projet.

En tant que personne physique, les revenus des Certificats Verts ne sont pas imposés.

Pour les entreprises, les gains générés lors de la vente des Certificats Verts sont considérés comme une source de revenu et seront donc taxés.

Si vous êtes propriétaire d’un bâtiment incluant une installation de panneaux photovoltaïques que vous souhaitez mettre en location, mais que vous voulez continuer à bénéficier de vos Certificats Verts, quelques dispositions sont nécessaires. Un contrat de bail sera établi, stipulant que le locataire bénéficie de l’électricité produite par les panneaux photovoltaïques mais que son loyer sera fixe et ne dépendra pas de la production. Il vous faudra également disposer d’une Convention de Cession de Droits avec le locataire, afin que vous restiez propriétaire de vos Certificats Verts. Ces différents contrats doivent pouvoir être fournis à la CWaPE( Wallonie) et Brugel (Bruxelles), le cas échéant.

Suite au contrôle de votre installation par un organisme agréé par le règlement général des installations électriques (RGIE), vous recevez un certificat de garantie d’origine, attestant de la conformité de votre installation au Code de Comptage (d’énergie). Ce CGO vous sera utile pour bénéficier de vos Certificats Verts, attestant du bon fonctionnement de votre compteur de Certificats Verts. (Ne pas confondre avec la « Conformité au RGIE »).

Les installations de panneaux photovoltaïques de faible puissance y sont soumises. Il stipule notamment que: l’électricité brute produite par l’installation doit être mesurée, la précision de la mesure requise pour toute installation de faible puissance (< 100kVA) est de 2%, la CWaPE peut à tout moment procéder à un contrôle sur le site de production pour vérifications, toute panne ou modification de l’installation doit être transmise systématiquement auprès de la CWaPE.

La valorisation de l’électricité produite par votre installation de panneaux photovoltaïques, injectée sur le réseau de distribution de l’électricité sera établie par un contrat entre l’autoproducteur (propriétaire de l’installation) et son fournisseur d’électricité. Il n’existe pas de prix minimum garanti.

Il s’agit de la répartition des sources d’énergies primaires telles que le nucléaire, l’électricité éolienne, l’électricité hydraulique… qui nécessitent d’être transformées pour être mises en œuvre. Une fois produite, elle est stockée et transporté sous forme secondaire nécessaire au fonctionnement de l’éclairage, du chauffage, des machines…

Suite à l’ouverture du marché de l’électricité au sein de l’Union Européenne, le consommateur a dorénavant le choix de son fournisseur d’électricité. Pour faciliter les comparaisons, certains critères doivent être mis en avant, tels que le prix, le service, la qualité ainsi que la source à partir de laquelle l’énergie a été produite. Les fournisseurs sont dans l’obligation de spécifier le bouquet énergétique et l’impact environnemental de l’électricité qu’ils vendent. L’énergie verte est marquée par les labels garantie d’origine. Ces labels peuvent être échangés entre les pays de l’Union Européenne afin de garantir que l’électricité a été produite à partir de sources d’énergie renouvelables (SER).

Depuis septembre 2012 chaque particulier peut changer de fournisseur d’électricité et/ou de gaz à n’importe quel moment. Quel que soit son contrat actuel. Il doit uniquement respecter un délai de résiliation de 20 jours.

Ce n’est pas plus compliqué que ça: Vous changez de fournisseur quand vous le souhaitez!

Bonne nouvelle! Tout ce dont vous avez besoin pour changer de fournisseur d’électricité se trouve sur votre facture.

Que ce soit une facture d’acompte ou de régularisation, tout est bon.

Vous avez besoin de:

  • vos données personnelles: nom, adresse, etc
  • le code EAN de votre compteur

On vous demandera également de donner la date où vous souhaitez que la fourniture commence.

Respectez un délai de 20 jours, mais à part ça vous choisissez comme bon vous semble.

Attention: Les codes EAN pour le gaz et l’électricité sont différents!

Certains fournisseur demandent le numéro de votre compteur. Si c’est le cas, il se trouve sur votre facture.

Il peut arriver que le numéro de compteur soit nécessaire au changement de fournisseur. C’est par exemple utilisé comme double contrôle, pour éviter les abus.

Le numéro du compteur est composé de 8 chiffres et se trouve toujours sur le compteur même.

Il n’est pas à confondre avec le code EAN, qui est composé de 18 chiffres, et ne se trouve en général pas sur le compteur, mais obligatoirement sur vos factures.

Chez Energreen, pour une installation de panneaux photovoltaïque standard, nous nous engageons à réaliser l’entièreté de votre installation en une journée.

Si nous estimons qu’un travail plus approfondi doit être effectué, vous en serez au préalable informés.

Tous nos hommes de métier sont formés à la sécurité sur chantier pour la pose d’installations de panneaux photovoltaïques.

Pour des raisons évidentes de sécurité, le raccordement d’une unité de production d’électricité décentralisée du réseau public de distribution doit respecter des prescriptions techniques spécifiques. Votre installation de panneaux photovoltaïques sera par conséquent soumise à un contrôle pour certifier de sa concordance au Règlement Général sur les Installations Electriques (RGIE) et aux prescriptions techniques de SYNERGRID (l’association belge des GRD).

Suite à l’installation de vos panneaux photovoltaïques, un inspecteur d’un organisme indépendant vérifiera la conformité de votre installation selon les critères du Règlement Général des Installations Electriques (RGIE). Il vérifiera la présence d’un différentiel général de type A (protection contre les pertes de courant) et la résistance de la terre qui doit être inférieure à 30 Ohms (protection contre l’électrocution). Une fois ce contrôle effectué, vous pourrez introduire une demande de mise en service de votre installation au GRD.

Vous pourrez mettre en marche votre installation de panneaux photovoltaïques juste après le contrôle RGIE pour l’agréation. Demandez toujours confirmation que tout est en règle et branchez-vous!

La mise en service ou mise en route de votre installation de panneaux photovoltaïques n’aura lieu que si vous avez reçu l’accord formel par écrit de votre GRD suite à une demande spécifique.

Celle-ci sera acceptée si vous disposez de la preuve de sa conformité au RGIE et à la prescription SYNERGRID.

Le GRD informe directement la CWaPE de sa décision, le fournisseur d’électricité devra également en être tenu informé. (Ne pas confondre avec le CGO).

Toutes les installations Energreen sont réalisées dans les règles de sécurité les plus strictes. L’ajout d’un disjoncteur sur votre compteur électrique ou à côté de votre compteur de Certificats Verts est obligatoire. Ce disjoncteur vous permet de couper l’alimentation de vos panneaux et de l’onduleur d’un simple geste. L’autre solution en cas de danger est d’éteindre l’onduleur lui-même en passant de la position ON à OFF.

Si vous avez choisi Energreen comme partenaire, vous n’avez eu jusqu’à présent aucune démarche administrative à effectuer car Energreen a pris en charge votre dossier. Les seules démarches que vous aurez à effectuer lorsque vous obtiendrez votre Certificat de Garantie d’Origine (CGO) via la CWaPE sont:

  1. Prévenir votre fournisseur d’électricité;
  2. Prévenir votre assureur pour qu’il intègre votre installation à votre contrat habitation.

Lire à ce sujet, notre FAQ relative à l’assurance et aux panneaux photovoltaïques.

Energreen se charge de la majorité des démarches relatives à l’installation de vos panneaux photovoltaïques 😉

Après l’installation de vos panneaux photovoltaïques, lorsque vous aurez reçu le document de contrôle RGIE, vous devez prévenir votre fournisseur d’électricité afin qu’il diminue le montant de vos acomptes mensuels.

Après l’installation de vos panneaux photovoltaïques, lorsque vous aurez reçu le document de contrôle RGIE, nous vous invitons à prévenir votre compagnie d’assurance pour qu’elle intègre vos panneaux photovoltaïques à votre assurance habitation.

Lire également notre FAQ relative à l’assurance et aux panneaux photovoltaïques.

Certains systèmes de monitoring pour surveiller la production de votre installation de panneaux photovoltaïques sont sous forme d’abonnements mensuels. Si vous décidez d’interrompre votre abonnement, vous n’aurez plus accès à ce service. N’hésitez pas à demander plus de renseignements sur les différentes formules de monitoring possibles. Nous nous ferons un plaisir de vous aider.

Vous souhaitez en savoir plus? Découvrez notre page dédiée au monitoring photovoltaïque.

Il est tout à fait possible de rajouter de nouveaux panneaux à une installation de panneaux photovoltaïques déjà en place, au niveau technique il n’y a aucun problème. C’est ce qu’on appelle une extension photovoltaïque. Cependant, pour votre nouvelle série de panneaux, vous serez soumis aux dernières mesures en vigueur dans votre Région.

Vous souhaitez en savoir davantage? Visitez notre page sur la rentabilité d’une installation photovoltaïque. Vous y apprendrez les différentes réglementations applicables dans les trois Régions.

Les éclairages LED qui conjuguent rendement important et basse consommation sont les mieux adaptés étant donné qu’ils offrent les mêmes performances que les ampoules classiques pour une économie de 80% d’énergie et une durée de vie très largement supérieure.

Non. Durant une coupure de courant, vos panneaux photovoltaïques arrêtent de fonctionner.

Comme dans le cas d’une coupure de courant classique, votre onduleur a besoin d’une source d’alimentation stable pour fonctionner. Une définition à laquelle ne répondent ni vos panneaux photovoltaïques, ni un groupe électrogène. Vous devez attendre que le courant soit rétabli.

Si vous faites appel à un installateur de panneaux photovoltaïques aux compétences professionnelles, vous n’avez aucune inquiétude à vous faire. Les systèmes de fixation n’ont pas d’incidence sur la structure et la solidité de votre toit.

En effet le poids d’une installation de panneaux photovoltaïques est d’environ 15 kg par m². Un poids correspondant à celui des tuiles classiques et ne représentant aucun risque pour votre toit.

Sauf cas de malfaçon, une installation de panneaux photovoltaïques ne pose aucun risque d’incendie ni d’électrocution en cas d’extinction d’incendie. Renseignez-vous sur les compétences de votre installateur pour vous assurer un travail de qualité.

Cependant afin d’éviter tout risque, vous pouvez établir une signalisation des éléments de votre installation pour rendre leur extinction plus facile en cas d’incendie et n’hésitez pas à en informer les services d’incendie le cas échéant.

Non. Votre installation de panneaux photovoltaïques ne présente aucun risque supplémentaire d’attirer la foudre sur votre maison. Vous pouvez dormir tranquille.

Votre installation de panneaux photovoltaïques n’augmente absolument pas les risques pour la foudre de tomber sur votre maison. Aucun dispositif particulier à cet effet n’est nécessaire, sauf la vérification préalable de votre bonne prise à la terre.

Concernant votre onduleur, celui-ci étant soumis au même risque de surtension que n’importe quel appareil électrique, nous vous conseillons d’équiper votre installation électrique d’un bon paratonnerre.

Comme dans le cas d’une coupure de courant classique, votre onduleur a besoin d’une source d’alimentation stable pour fonctionner. Une définition à laquelle ne répondent ni vos panneaux photovoltaïques, ni un groupe électrogène. Vous devez attendre que le courant soit rétabli.

Oui. Il est préférable d’un point de vue de la sécurité et pour ne pas risquer d’endommager votre installation de la couper s’il y  a des travaux sur le réseau. Pour cela, il vous suffit d’éteindre votre onduleur ou de couper le disjoncteur réservé à votre installation.

Oui, un boiler thermodynamique fait plus de bruit qu’un boiler électrique. Cela tient au fait qu’il y a des ventilateurs et un compresseur dans la pompe à chaleur. Néanmoins, si le chauffe eau est placé convenablement et dans un endroit adapté, son bruit ne vous dérangera pas.

Non, la température de l’air entourant votre maison est uniforme et ne dépend pas de l’orientation des façades.

La température extérieure ainsi que la température de consigne pour l’eau chaude influent sur le coefficient de performance d’une pompe à chaleur. Plus la valeur de consigne sera élevée et la température extérieure faible, moins bon sera le coefficient de performance.

Vous souhaitez en apprendre davantage sur la façon dont votre eau sanitaire est chauffée? Visitez notre page dédiée au fonctionnement d’un boiler thermodynamique.

Oui, ils sont disponibles en plusieurs modèles: 150, 200, 270 et 300 litres en général, pour répondre au mieux à vos besoins et offrir à votre famille un confort optimal en eau chaude.

Découvrez toute notre gamme de boilers thermodynamiques et trouvez celui qui correspondra le mieux à vos besoins.

Les fabricants annoncent des économies allant jusqu’à 70% d’énergie sur le chauffage de votre eau chaude sanitaire!

Trop beau pour être vrai? Découvrez-en plus sur la rentabilité d’un boiler thermodynamique.

Le coefficient de performance (COP) d’une pompe à chaleur est le rapport entre l’énergie récupérable in fine et l’énergie que l’on a dû apporter au système pour qu’il fonctionne.

Dans le cas d’un boiler thermodynamique, il s’agit du rapport entre l’énergie transmise à l’eau à chauffer  et l’énergie absorbée par le compresseur.

Pour une pompe à chaleur, un COP de l’ordre de 3 est conventionnel.

Vous souhaitez en apprendre davantage sur le fonctionnement d’une pompe à chaleur et de ses composants? Visitez notre page dédiée au fonctionnement d’un boiler thermodynamique.

Oui. En Wallonie, la primes’élève à 500€. À Bruxelles elle est 1.400€.

Pour tout savoir sur les aides disponibles et les conditions d’octroi pour votre boiler thermodynamique quelle que soit votre Région, consultez notre page dédiée aux primes boilers thermodynamiques.

Au moyen d’une bouche dans votre mur et d’un ventilateur, le boiler thermodynamique est capable d’aspirer l’air extérieur et de l’utiliser.

Vous pouvez le placer dans une buanderie, un garage, un sous-sol, des combles perdus. Les seuls freins sont la hauteur disponible, la résistance du sol et le volume de la pièce. Il est très fortement déconseillé de placer un boiler thermodynamique dans une pièce chauffée, car l’énergie qu’il récupère dans l’air ambiant provient de combustible que vous avez brûlé pour vous chauffer.

Bien sûr ! Si la pompe à chaleur n’est pas suffisante pour couvrir des besoins exceptionnels, une résistance électrique peut faire l’appoint nécessaire en énergie.

Oui, les performances des pompes à chaleur sont garanties jusqu’à une température de -5 °C. Ce n’est pas parce que la température est négative qu’il n’y a pas d’énergie récupérable dans l’air.

Pour en apprendre davantage, consultez notre page dédiée au fonctionnement d’un boiler thermodynamique.

Oui, du fait des pièces tournantes (ventilateur et pompes), un entretien est nécessaire pour que le système fonctionne correctement. Un dépoussiérage des échangeurs est également préconisé pour maintenir un bon transfert thermique avec l’air.

Si vous vous chauffez déjà au gaz, vous économiserez environ 20% de combustible. Si en plus, vous changez de combustible, vous gagnerez la différence entre le prix de votre ancienne source de chaleur et le gaz.

Découvrez-en plus sur la rentabilité d’une chaudière au gaz à condensation.

Lorsque que l’eau passe de l’état vapeur à l’état liquide, elle libère une énergie non négligeable. C’est la récupération de cette énergie qui permet à une chaudière à condensation d’améliorer son rendement d’une dizaine de pourcents par rapport à une chaudière classique.

S’il y a une défaillance quelconque dans votre chaudière, une sécurité doit se mettre en marche. Si votre chaudière n’est pas entretenue correctement, rien ne prouve que ces systèmes de sécurité fonctionnent correctement. Et c’est le cas avec toutes les chaudières.

Le département chauffage d’Energreen vous propose toute une gamme de services liés à votre chaudière et à votre installation. Découvrez ces solutions simples et adaptées à vos besoins sur notre page dédiée à l’entretien et au dépannage chauffage.

Même si les matériels sont très sécurisés, un produit mal installé peut montrer des défauts de raccords en gaz et se révéler dangereux.

Il faut simplement que votre chaudière respecte les normes belges et que l’installation ait été agréée.

Jusque dans les année 90, on ne tenait pas compte de l’énergie que contenait l’eau sous forme vapeur dans les fumées de combustion. L’énergie développée ainsi par un combustible est appelée PCI (Pouvoir Calorifique Inférieur).

Depuis ces années, on considère l’énergie contenue dans cette eau, et cette énergie que peut développer un combustible s’appelle le PCS (Pouvoir Calorifique Supérieur).

Si un rendement est supérieur à 100%, c’est simplement que l’entreprise a décidé d’évaluer le rendement de sa chaudière en tenant compte du PCI, et non du PCS.

Il y a deux possibilités : soit vous avez un boiler, soit vous n’en avez pas.

Si vous avez un boiler, l’eau chaude est stockée dans celui-ci et est réchauffé par la chaudière lorsque celui-ci est froid.

Sinon, l’eau chaude est produite en direct en fonction de vos besoins. Attention cependant, vous ne pouvez avoir de l’eau chaude qu’à un seule endroit à la fois avec ce système.

Dans quasiment toutes les habitations, les radiateurs sont largement surdimensionnés, vous n’avez aucun besoin de changer vos radiateurs.

Oui, mais elle ne condensera pas nécessairement. Une chaudière ne peut condenser que si la température de retour d’eau est inférieure à 50 °C, ce qui est le cas tout le temps, hors période de grand froid. Durant ces périodes, la chaudière vous fournira de l’eau très chaude, assurant ainsi votre confort.

Vous souhaitez en savoir plus sur le système de condensation? Découvrez notre page dédiée au fonctionnement d’une chaudière à condensation.

Oui! Chaque système de chauffage, qu’il soit au mazout ou au gaz, nécessite un entretien régulier. C’est la garantie pour un rendement optimal de votre installation de chauffage.

Un entretien tous les 3 ans par un professionnel est obligatoire. Néanmoins, un entretien plus régulier ne peut qu’allonger la durée de vie de votre installation et vous prévenir des pannes éventuelles.

Le département chauffage d’Energreen vous propose toute une gamme de services liés à votre chaudière et à votre installation. Découvrez ces solutions simples et adaptées à vos besoins sur notre page dédiée à l’entretien et au dépannage chauffage.

Oui, il faut seulement avoir un conduit d’évacuation des fumées adapté, une évacuation de l’eau condensée et un accès au gaz.

Il est même possible de placer une chaudière au gaz à condensation dans un placard!

Ces chaudières nécessitent un bruleur de haute technologie, des revêtements intérieurs résistants aux milieux humides et des pièces conçues spécialement pour ces chaudières. Tout cela fait que le prix des chaudières à condensation est plus élevé que celui des chaudières traditionnelles.

Tuber votre cheminée permet de vous affranchir d’éventuels problèmes dans le futur. En effet, il est important que l’eau des fumées ne condense pas dans la cheminée car cela pourrait causer de lourds dommage à votre habitation. Le tubage de la cheminée doit être en acier inoxydable, afin de prévenir tout risque de corrosion dus aux condensats.

Depuis septembre 2012 chaque particulier peut changer de fournisseur de gaz/électricité à n’importe quel moment. Quel que soit son contrat actuel. Il doit uniquement respecter un délai de résiliation de 20 jours.

Ce n’est pas plus compliqué que ça : Vous changez de fournisseur quand vous le souhaitez!

Bonne nouvelle ! Tout ce dont vous avez besoin pour changer de fournisseur de gaz se trouve sur votre facture.

Que ce soit une facture d’acompte ou de régularisation, tout est bon.

Vous avez besoin de :

  • vos données personnelles: nom, adresse, etc
  • le code EAN de votre compteur

On vous demandera également de donner la date où vous souhaitez que la fourniture commence.

Respectez un délai de 20 jours, mais à part ça vous choisissez comme bon vous semble.

Attention : Les codes EAN pour le gaz et l’électricité sont différents !

Certains fournisseur demandent le numéro de votre compteur. Si c’est le cas, il se trouve sur votre facture.

Il peut arriver que le numéro de compteur soit nécessaire au changement de fournisseur. C’est par exemple utilisé comme double contrôle, pour éviter les abus.

Le numéro du compteur est composé de 8 chiffres et se trouve toujours sur le compteur même.

Il n’est pas à confondre avec le code EAN, qui est composé de 18 chiffres, et ne se trouve en général pas sur le compteur, mais obligatoirement sur vos factures.

Non, les chaudières à pellets fournissent les mêmes températures d’eau que les chaudières traditionnelles. Aucun besoin donc de modifier votre installation, en dehors de la chaudière bien sûr!

Vous souhaitez en apprendre davantage? Découvrez notre page dédiée au fonctionnement d’une chaudière à pellets.

Il existe deux systèmes d’amenée des pellets vers la chaudière: la vis sans fin ou l’aspiration.

  • Le système par vis sans fin est efficace mais nécessite de pouvoir placer le silo à pellets juste à coté de la chaudière, ce qui n’est pas forcément possible chez tout le monde.
  • Le système par aspiration est beaucoup plus flexible puisque le silo peut alors se trouver à une distance raisonnable de la chaudière (jusqu’à 8 mètres).

Vous souhaitez en apprendre plus sur ces deux systèmes? Visitez notre page dédiée au fonctionnement d’une chaudière à pellets.

Les chaudières à pellets nécessitent un entretien car elles utilisent un combustible solide. Il est conseillé de nettoyer l’intérieur de sa chaudière à intervalles réguliers et de vider le bac à cendre régulièrement également. Ces information dépendent de la marque de votre chaudière, nous vous conseillons de consulter le manuel fourni avec celle-ci ou de nous contacter pour avoir des informations plus précises.

Bien sûr! La solution dans ce cas est d’installer une tuyère qui longe un mur de votre maison. Cependant, dans ce cas, il faudra certainement demander un permis d’urbanisme. Par contre, si vous n’avez pas de cheminée, cela peut signifier que vous vous chauffez à l’électricité. Dans ce cas, changer de système de chauffage implique de très lourds travaux.

Du fait des hauts rendements des chaudières à pellets, un tubage de cheminée à double parois est vivement recommandé. Si la votre n’est pas tubée, il est toujours possible de l’inclure dans les travaux à réaliser.

NON, la chaudière est prévue pour les pellets uniquement. Utiliser un autre combustible peut s’avérer très dommageable pour votre chaudière. La vis sans fin amenant le pellet peut, si le combustible n’est pas adéquat, se bloquer et provoquer une panne, vous empêchant ainsi de vous chauffer correctement.

Vous souhaitez en savoir plus sur les granulés de bois utilisés pour votre chaudière? Visitez notre page dédiée au pellet et à sa fabrication.

La Région wallonne octroie une prime de base de 1 750 EUR pour l’installation d’un système de chauffage biomasse à alimentation automatique comme les chaudières à pellets.

Les chaudières à pellets ÖkoFEN et BlueBurn vendues par Energreen sont donc éligibles pour cette prime.

Certaines provinces accordent également une prime à l’installation d’une chaudière à pellets. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à vous renseigner auprès de votre commune ou gouvernement provincial.

Apprenez-en davantage sur les primes disponibles pour les chaudières à pellets sur notre page dédiée.

Une mauvaise installation de chaudière à pellets peut entraîner une mauvaise combustion et réduire grandement le rendement de la chaudière. De plus, il y a un risque, si l’échappement n’est pas installé correctement, que des fumées refoulent dans la chaufferie. Ces risques existent avec toutes les chaudières.

Les chaudières disposent de systèmes de sécurité en cas de défaillance. Il n’y a aucune inquiétude à avoir quant au départ d’un incendie chez vous.

Nous préconisons toutefois un entretien régulier de votre chaudière. En effet, si votre chaudière n’est pas entretenue correctement, rien ne prouve que ces systèmes de sécurité fonctionnent correctement.

Le département chauffage d’Energreen est là pour vous et vous propose toute une gamme de services liés à installation de chauffage. Découvrez ces solutions simples et adaptées à vos besoins sur notre page dédiée à l’entretien et au dépannage chauffage.

En général, il faut compter deux jours de chantier pour avoir un système totalement fonctionnel.

Le silo est le système le plus courant pour stocker les pellets. Intégré à la chaudière ou extérieur avec système d’amenée de pellets dans la chaudière, le choix vous appartient ! Néanmoins, les silos extérieurs, représentent une capacité de stockage bien plus importante que les silos intégrés.

Non, la chambre de combustion étant fermée, il n’y a aucun risque que de la suie, de la poussière ou des étincelles s’échappent de la chaudière. Les pellets, lors du remplissage, ne génèrent pas de poussières non plus et ne dégagent pas d’odeur nauséabonde.

Non, les cendres issues de la combustion des pellets dans la chaudière ne représentent que 1% de la masse des pellets brûlés.

Pour tout savoir sur le pellet, sa fabrication et sa composition, découvrez notre page dédiée aux granulés de bois et au pellet en Belgique.

Non, les chaudières à pellets sont automatisées. Les seules actions que vous avez à faire sont remplir le silo et la décrasser en cas de besoin.

Tout comme une chaudière à mazout, s’il y a une pénurie de combustible (dans ce cas-ci des granulés de pellet), votre chaudière s’éteindra.

Non, des systèmes de sécurité ont été prévus par les fabricants pour que l’utilisation des chaudières à pellets soit absolument sans risque.

Oui, c’est réellement économique : le prix du pellet sera stable dans le futur car celui-ci est majoritairement dû au transport et à la main d’œuvre.

Comme toutes les chaudières, une chaudière à pellets ne sert qu’à chauffer de l’eau. Cette eau peut ensuite être utilisée comme vous le voulez et selon les besoins de votre habitation : passer dans des radiateurs, passer dans un plancher chauffant, générer de l’eau chaude sanitaire. C’est votre système hydraulique  et votre régulation qui gère votre chauffage, pas votre chaudière.

Outre la place qu’occupe la chaudière, il faut prévoir environ 50 centimètres sur les cotés et derrière la chaudière pour sa maintenance. Avoir un espace libre d’un à deux mètres à l’avant de la chaudière permettra de faciliter son nettoyage et la vidange des cendres.

Une chaudière à pellets se connecte facilement à votre installation existante. Un départ d’eau, un retour d’eau, une évacuation des fumées et une alimentation électrique sont suffisants.

Pour en connaître davantage sur le fonctionnement d’une chaudière à pellets consultez notre page dédiée.

Les silos textiles courants ont une surface au sol comprise entre 1 et 6 m², pour des capacités comprises entre 450 kg et 9 tonnes.

Vous souhaitez en savoir plus sur le stockage des pellets? Découvrez notre page dédiée au fonctionnement d’une chaudière à pellets.

Il est conseillé de stocker ses pellets dans un endroit sec et à l’abri des intempéries. En effet, les pellets ont tendance à absorber l’humidité, ce qui, à terme, le rend inutilisable.

Apprenez-en davantage sur notre page dédiée au fonctionnement d’une chaudière à pellets.

Oui, la loi impose un ramonage annuel des cheminées pour les installations de production de chaleur au bois.

Le pellet est un bâtonnet cylindrique issu de la compression des déchets de scieries (notamment les sciures et les copeaux). Les résines contenues naturellement dans le bois leur permet de garder leur forme.

Oui! Le pellet est un combustible à part entière. Il faut savoir qu’en Suisse, en Autriche et dans les pays du Nord, environ 60 % des nouvelles constructions sont équipées de système de chauffage au pellet. Cela garantit un bel avenir au pellet.

Le prix des pellets est globalement stable au cours des années. La période la plus favorable pour acheter vos pellets est cependant en été (de Mai à Septembre), où les prix sont plus faibles qu’en hiver.

Oui, trouver des pellets est facile. Pour pouvez trouver des sacs de pellets dans les stations services. Si vous n’avez pas de station-service qui vend des pellets proche de chez vous, vous pouvez les faire livrer à votre domicile.

Lors de sa croissance, un arbre absorbe du CO2 contenu dans l’atmosphère. Brûler ce bois ne peut pas générer plus de CO2 que celui qui a été consommé durant la croissance de l’arbre. Le bilan carbone est donc neutre, ce qui fait du pellet un combustible écologique, pour peu que la forêt soit exploitée de manière raisonnée.

Normalement non. Si vous achetez des pellets de bonne qualité, vous êtes certains qu’aucun additif ou dérivé pétrolier n’a été ajouté durant la fabrication des pellets. Un bon point pour l’environnement.

Vous souhaitez en savoir plus sur les granulés de bois utilisés pour votre chaudière? Visitez notre page dédiée au pellet et à sa fabrication.

Dans une cheminée, la combustion est lente et les résines peuvent s’évaporer, rendant votre conduit de cheminée gras et inflammable. Dans une chaudière ou un poêle à pellets, la combustion rapide et contrôlée assure une combustion totale de la matière et de la résine.

Les pellets issus de résineux sont meilleurs que ceux issus de feuillus car ils contiennent plus de résine, ce qui assure une meilleure résistance mécanique au pellet.

Pour tout savoir sur le pellet, sa fabrication et sa composition, découvrez notre page dédiée aux granulés de bois et au pellet en Belgique.

Vous pouvez utiliser les cendres pour votre jardin. En les mélangeant avec du compost, vous obtiendrez un très bon engrais pour vos plantes.

Oui, il est très important de stocker votre pellet dans un endroit sec et à l’abri des intempéries. Si tel n’est pas le cas, ceux-ci ont tendance à gonfler et deviennent inutilisables. Il est également conseillé de ne pas stocker vos pellets plus d’un an pour qu’ils n’absorbent pas trop d’humidité.

Plusieurs conditionnements de pellets existent. Soit en sac de 10, 15 ou 20 kg, soit en « big bag » (grand sac d’un mètre cube, environ 600 à 700 kg), soit en palette de sacs, soit en vrac. Si vous choisissez une livraison en vrac, un camion souffleur viendra chez vous remplir votre silo.

En cas de changement de combustible, on peut effectuer les conversions approximatives suivantes :

1000 litres de Mazout équivalent à 2000 kilogrammes de pellets, soit environ 3 mètres cubes de stockage

1000 mètres cubes de gaz équivalent à 2000 kilogrammes de pellets, soit environ 3 mètres cubes de stockage

Si vous connaissez votre besoin d’énergie précisément, sachez que la norme « DIN + » assure une énergie de 5 kWh par kilogramme de pellet, soit l’énergie contenue dans un demi litre de mazout ou un demi mètre cube de gaz.

L’énergie nécessaire à la fabrication des pellets ne représente qu’environ 4% de l’énergie qu’ils peuvent libérer. C’est nettement mieux que les sources d’énergie « standard », à savoir le mazout (15%) et le gaz (10%).

La qualité des pellets est primordiale pour que votre installation fonctionne correctement. Préférez toujours les pellets certifiés « DIN plus » car leur qualité est garantie.

Vous souhaitez en savoir plus sur les granulés de bois à utiliser pour votre chaudière à pellets? Visitez notre page dédiée au pellet et à sa fabrication en Belgique.

Contrairement aux vannes manuelles, les têtes thermostatiques mesurent la température de la pièce et se ferment lorsque la température adéquate est atteinte. Vous ne chauffez donc pas inutilement votre habitation.

Il s’agit d’un liquide ou d’un gaz qui se dilate sous l’effet de la chaleur et qui vient pousser un piston. Ce piston permet de fermer plus ou moins l’arrivée en eau du radiateur, régulant ainsi sa capacité de chauffe.

Les vannes thermostatiques, appelées également têtes thermostatiques, remplacent les vannes traditionnelles de vos radiateurs et régulent automatiquement la circulation d’eau dans le radiateur en fonction de la température ambiante.

Apprenez-en davantage sur notre page dédiée aux vannes thermostatiques.

Les constructeurs avancent des économies allant jusqu’à 20% de votre consommation, en se basant sur une programmation de la tête thermostatique pour avoir une température de 17 °C la nuit.

Pour en connaître davantage sur les vannes thermostatiques dites intelligentes, consultez notre page dédiée.

Il faut savoir que les robinets thermostatiques s’usent avec le temps. L’usure se manifeste par un temps de réponse plus long et une imprécision dans la consigne. Cela est notamment vrai pour les robinets de plus de 15 ans. Cette usure diminue l’efficacité de votre système.

Consultez également notre FAQ sur les avantages des  vannes thermostatiques.

Non. Même si les vannes thermostatiques sont des modèles constructeurs, des adaptateurs existent et permettent d’installer des têtes thermostatiques sur quasiment toutes les vannes existantes.

Vous souhaitez en apprendre davantage sur les vannes thermostatiques? Visitez notre page dédiée aux têtes thermostatiques intelligentes.

Une vanne manuelle ne détecte pas la chaleur de la pièce. Elle ne peut donc pas réguler le débit d’elle-même pour arriver à une température de consigne. Avec des vannes manuelles simples, le débit d’eau chaude dans votre radiateur est constant pour une position donnée. Ainsi, il arrive que votre pièce soit surchauffée et que votre confort en pâtisse.

Les vannes et têtes thermostatiques permettent de réguler la puissance de chauffage de vos radiateurs, pour vous apporter plus de confort et vous permettre d’effectuer des économies d’énergie.

Vous souhaitez en savoir plus? Découvrez notre page dédiée aux vannes thermostatiques intelligentes.

Ceux-ci sont multiples. D’abord, vous pouvez voir précisément la température de consigne, et non un simple chiffre à partir duquel il faut effectuer une correspondance. De plus, les têtes électroniques sont programmables, si bien qu’en fonctionnement normal, vous n’avez pas à y penser: elles adaptent automatiquement le débit d’eau chaude entrant dans le radiateur en fonction de la programmation que vous avez effectué.

Ces têtes disposent également de certaines spécificité comme la fonction « fenêtre ouverte », qui leur permet de couper automatiquement le chauffage lorsque vous aérez votre habitation.

Enfin, le temps de réponse de ces têtes est très rapide (quelques secondes au maximum) et vous permettent ainsi d’effectuer un maximum d’économies.

Apprenez-en davantage sur les vannes thermostatiques intelligentes sur notre page dédiée.

Envie de rester informé? Voici nos actualités